Présentation

  • : L'asile en Savoie
  • L'asile en Savoie
  • : informations sur la situation des demandeurs d'asile en Savoie
  • Contact

Asile, un droit. l'accueil, un devoir?

asiledroitsc.jpg

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:15
La France connaît-elle une vague d’immigration clandestine ?

Le Monde.fr

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/23/la-france-connait-elle-une-vague-d-immigration-clandestine_4511499_4355770.html

.

C'est une thèse répandue, particulièrement en 2014, où se multiplient les images de migrants se pressant à Calais et dans les Alpes-Maritimes : la France serait « envahie » par ces populations, chassées d'Afrique ou du Maghreb par la misère ou les troubles politiques et sociaux. Voilà pour le cliché. Pourtant, les chiffres récents des autorités françaises et de leurs homologues européennes dessinent un autre paysage, où la France n'est pas la première terre d'accueil des migrants.

…/…

L'Europe fait face à un afflux massif de migrants

Les derniers chiffres fournis par Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières, sont impressionnants. Les entrées illégales sur le sol européen connaissent, depuis le début de l'année 2014, un pic qui n'avait même pas été atteint en 2011 lors des révolutions arabes. Au cours du deuxième trimestre, les Etats membres de l'UE ont recensé l'arrivée de 68 589 migrants clandestins, soit plus de trois fois plus qu'au cours du premier trimestre.

.

La France connaît-elle une vague d’immigration clandestine ?

L'Allemagne, première destination des migrants

Un bon indicateur pour mesurer la masse de migrants dans chaque pays est le nombre de premières demandes d'asiles. Si ce chiffre est forcément incomplet, certains clandestins ne se déclarant jamais aux autorités, il permet de faire des comparaisons pays par pays.

Selon les chiffres publiés chaque mois par l'institut de statistiques Eurostat, près de 400 000 personnes ont demandé l'asile dans les 28 Etats membres de l'UEentre avril 2013 et mars 2014. Parmi eux, 122 335 l'ont fait en Allemagne, 59 910 en France et 56 055 en Suède.

.

Quand on rapporte ce chiffre à la population, la France est loin d'être en tête. Au premier trimestre 2014, les demandeurs d'asile ont représenté 220 personnes pour 1 million d'habitants, très loin de la Suède (1 205 demandeurs d'asile par million d'habitants) et derrière la Suisse (555) le Luxembourg (430), Malte (425) ou l'Allemagne (400).

La France connaît-elle une vague d’immigration clandestine ?

Kosovars et Congolais devant les Syriens

Il est également intéressant de regarder de près les nationalités des demandeurs d'asile. Sur l'ensemble de l'UE, les Syriens constituent en 2013 le groupe de demandeurs le plus important, suivis des Russes et des Afghans, selon Eurostat.

Pour la France, ce sont les Kosovars qui ont représenté le groupe le plus important (8 % du total), suivis de personnes fuyant la République démocratique du Congo et des Albanais (autour de 8 % également).

Par contraste, l'Allemagne connaît un afflux de Serbes, de Russes et de Syriens, tandis que Pakistanais, Iraniens et Sri-Lankais sont les trois nationalités à demander le plus asile au Royaume-Uni.

83 %Le taux de rejet des demandes d'asile est de 66 % en moyenne en Europe. En France, sur 61 455 demandes en 2013, 10 470 ont été acceptées. Soit un taux de rejet de 83 %.

Autre indicateur intéressant, celui des reconduites à la frontière. Il est relativement stable depuis 2006, autour de 20 000 à 22 000 personnes par an.

Quant aux placements en rétention administrative, ils étaient en 2013 de 20 554, contre 34 987 en 2007.

…/…

Partager cet article

Rémy Kossonogow
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 00:08

Article publié ici https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/10/22/renversement/

Passeurs d'hospitalités ~ des exilés à Calais

.

L’augmentation graduelle du nombre d’exilés présents à Calais depuis un peu plus d’un an n’a tout d’abord pas suscité de réaction particulière des pouvoirs publics, à part des expulsions de squats et de campements qu’on pourrait presque qualifier de routine dans le climat de violence qui règne à Calais (comme le squat des Érythréens le , et le campement des Soudanais le 11 avril 2014). .../...

RENVERSEMENT : point sur la situation à Calais

Les expulsions de campements le 28 mai (voir ici et ), puis de campement et de squats le 2 juillet (voir ici, ici et ), avaient donné une mauvaise image de l’État à la fois par leur brutalité, mais aussi par l’impression qu’elles donnaient d’improvisation et d’absurdité, comme une répétition vaine et obstinée de la même chose ne débouchant sur aucune solution.

.

La communication des autorités cet été a surtout porté sur les aspects spectaculaires, pouvant notamment interpeler l’opinion publique britannique :tentatives de passage « en masse », « assauts » du port, « rixes » entre exilés début août. Un accord est intervenu avec le gouvernement britannique, avec à la clé un chèque de 15 millions d’euros sur trois ans pour renforcer la sécurisation du port.

.

La manifestation anti-migrants du 13 octobre, à l’appel du syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière, qui a réunit des policiers, des chasseurs, des agriculteurs, des commerçants et tenanciers de bars, le Front national, es élus de la majorité municipale, Sauvons Calais, participe d’une nouvelle phase. Les reportages se multiplient montrant le ras-le-bol de la « population », la violence et la dangerosité des « migrants » (à partir de sources policières). Là où Sauvons Calais pouvait apparaitre marginal et excessif, le syndicat de policiers donne de la crédibilité aux thèses avancées, même si ses assertions sont contredites par les statistiques officielles de la police.

Campagne visant à développer a peur des exilés et mise en scène de l’hostilité de la population préparent la relégation à l’écart de Calais, de l’autre côté de la rocade de contournement, et probablement une nouvelle phase de répression, loin des regards, conformément au nouvel accord franco-britannique.

Partager cet article

Rémy Kossonogow - dans point de vue
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 00:03

Partager cet article

22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 00:16

Du 13 au 26 octobre, la Présidence italienne du Conseil lance l'opération Mos Maiorum. Les États membres volontaires procèdent à des interpellations d'immigrés clandestins sur leur territoire et transmettront les informations sur leur identité et leur parcours. L'opération reste opaque et plusieurs associations ont manifesté leur opposition à cette pratique comparée à une "rafle" européenne. Claire Rodier, juriste au groupe d'information et de soutien aux immigrés (GISTI), revient sur les conditions floues de cette opération.

.

Quels sont les objectifs de l'opération Mos Maiorum ?

Le but annoncé est d'améliorer les connaissances des forces de police pour prévenir le crime organisé et de repérer les modes opératoires des filières d'immigration clandestine, grâce à la collecte et l'analyse de données. …/...

.

Ce genre d'opération est assez peu connu du grand public, y en a-t-il régulièrement ?

Il y a des annonces à chaque présidence en matière de lutte contre l'immigration irrégulière, puisque c'est présenté comme un problème récurrent. Chaque présidence propose des initiatives pour les six mois à venir. …/…

Ce qui est intéressant de se demander c'est pourquoi cette annonce a été faite, alors que ces actions se font de toute façon dans la coopération policière, sans tambours ni trompettes et sans annoncer à l'avance qu'il va y avoir des contrôles. Y-a-t-il une intention de donner de la visibilité à ce qui est considéré comme un acte fort pour une présidence qui est très concernée par la question de l'immigration irrégulière ? Est-ce qu'ils avaient anticipé que ça ferait un tel buzz, puisque ça a été repris par des réseaux activistes qui annonçaient la grande rafle ? Cela n'est pas très clair pour moi. Il y a régulièrement des coopérations policières pour détecter les routes migratoires irrégulières, à mon avis il n'y a pas besoin d'annonce pour ça.

Opération Mos Maiorum : "un manque de transparence total", selon Claire Rodier

La présidence du Conseil et Frontex ont-ils les compétences pour mener cette opération ?

Frontex le dit elle-même, ce n'est pas dans son mandat d'organiser ce genre d'opération. …/… Frontex s'occupe des frontières extérieures, comme son nom l'indique…/…

Le deuxième problème c'est la base légale. Il n'y a pas eu de contrôle en amont, de discussions au Parlement européen. Or il y a bien des questions qui se posent notamment en référence au respect des droits fondamentaux. Par exemple pour le droit d'asile, derrière un émigrant irrégulier il peut toujours y avoir un demandeur d'asile potentiel et rien n'est dit sur le mandat ou les consignes qu'auraient les fonctionnaires de police des différents États membres pour identifier si quelqu'un qu'ils arrêtent ne serait pas en droit de demander l'asile. Quid de la gestion de la situation des immigrés clandestins pouvant demander l'asile, lorsqu'ils sont contrôlés dans le cadre de cette opération par des policiers non habilités à gérer les demandes d'asile ?

…/…

.

Cette opération Mos Maiorum est-elle une réponse aux remises en cause de l'espace Schengen à l'intérieur de plusieurs États membres ?

Pour moi, c'est assez associé. Si on remonte à quelques années, au moment des Printemps arabes, il me semble qu'on avait un bon exemple de cette confusion entre les frontières extérieures et intérieures. Au moment où sont arrivés ceux qui fuyaient les bombardements en Libye, la première réaction du Conseil de l'UE a été de décider du renforcement des frontières extérieures pour protéger les pays les plus exposés. On n'était pas dans une logique de protéger des réfugiés mais de protéger les pays exposés au risque migratoire.

C'est à ce moment qu'il y a eu la fausse guerre entre l'Italie de Berlusconi et la France de Sarkozy sur la question de la frontière franco-italienne. Cette querelle s'est traduite par une interpellation des deux pays à la Commission disant qu'il fallait remettre en cause le régime de Schengen pour ne pas faire des frontières internes des passoires. Il y avait un lien très net entre la volonté de fermer les frontières extérieures et de rétablir les contrôles aux frontières intérieures pour que chaque pays puisse se protéger de son voisin.

…/…

Partager cet article

Rémy Kossonogow - dans européen
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 00:01
Accueil d'urgence: "l'Alerte" des associations à Grenoble

France 3 Alpes. Publié intégralement ici

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/2014/10/16/accueil-d-urgence-l-alerte-des-associations-grenoble-572902.html

.

Dans une lettre ouverte aux responsables politiques de l'agglomération de Grenoble, le collectif "Alerte", qui regroupe des associations dédiées à l'accueil, l'accompagnement, aux soins et à l'hébergement des défavorisés, s'inquiète de la situation de nombreuses familles avec enfants.

.

"Il y a, sur le territoire de la Métro, une large population en demande d'accueil d'urgence, parmi laquelle de nombreux enfants, voire des bébés", lancent les associations dans un communiqué. Et pourtant, "la Loi impose qu'elle soit accueillie et assistée (...) quelque soit la situation administrative des personnes", rappelle-t-on. Ces associations parlent de Roms, citoyens de l'Union européenne, de demandeurs d'asile, de personnes en situation administrative complexe... et notent que "l'Etat met en œuvre des mesure contraires à la Loi."
.
Le collectif "Alerte" fait référence aux nombreuses expulsions depuis le début de l'été. .../... Dans ces cas, pour les associations, il n'y a pas eu "d'anticipation et d'accompagnement" et aucune solution de relogement ou d'hébergement n'a été proposée, ce qui mettrait "gravement en cause la possibilité de scolarisation des enfants, facteur essentiel de l'intégration."
.
Dans un dernier élan, le collectif "Alerte" souhaite que l'on "traite humainement et dignement la situation de ces ménages afin de faciliter leur insertion dans notre société."

Partager cet article

Rémy Kossonogow - dans régional
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 00:18

Partager cet article

19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 07:57
Réfugiés de Syrie : comment la France peut-elle être aussi loin du compte ?

.

Partager cet article

Rémy Kossonogow - dans national
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 00:41
Opération « Mos Maiorum» :  La traque aux migrants sans-papiers en Europe

http://www.frontexit.org/fr/

Mos Mairoum est un énième exemple de la guerre menée par l'UE contre un ennemi imaginaire.

Du 13 au 26 octobre 2014, les forces de police des États de l'Union Européenne (UE) procèderont à des contrôles massifs de personnes dans l'espace Schengen et aux frontières extérieures.

.

Une semaine après la commémoration du drame de Lampedusa d’octobre 2013, une « chasse aux migrants » nommée Mos Maiorum sera lancée, coordonnée par le ministère italien de l’Immigration avec le soutien de Frontex et d’Europol. Cette opération de grande envergure vise à intercepter et collecter des données personnelles sur les détenteurs de faux documents, les demandeurs d'asile déboutés et les passeurs.

Outre le fait grave que le Parlement européen ne semble pas avoir été averti de ce projet, le manque de clarté sur la base légale et la mise en œuvre de l’opération pose problème. Aucune information n’a été donnée sur les suites qui seront données à ces interpellations et si des opérations de retours conjoints seront prévues.

.

Une fois de plus, le séjour irrégulier est assimilé à un délit criminel, au mépris de la jurisprudence de la Cour de Justice de l’UE (arrêt El Dridi qui condamne la pénalisation du séjour irrégulier). Une fois de plus, les demandeurs d'asile sont perçus comme de potentiels fraudeurs. Une fois de plus, la collecte de données personnelles sert une véritable chasse aux « sans-papiers ».

À travers de telles opérations, les institutions européennes nourrissent le fantasme d'une invasion criminelle en Europe. Adjuvant d'une politique discriminatoire, l’agence Frontex entrave les droits des migrants et des réfugiés comme l'a démontré le bilan de la campagne inter-associative Frontexit.

.

Alors que la société civile, l’ONU et le Conseil de l'Europe appellent à cesser l'hécatombe en facilitant l'accès au territoire européen, les annonces par la Commission de mesures énergiques pour mettre fin aux "drames de la migration" sont restées lettre morte. L'absence de mécanismes communs de sauvetage en mer et d'accueil des migrants et des réfugiés contraste avec cette frénésie sécuritaire.

Les réseaux mafieux et criminels n’existeraient pas si des voies d’entrées dites légales étaient accessibles pour les personnes migrantes et réfugiées.

Depuis le début de l’année 2014, plus de 3000 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée. Le dialogue de sourds atteint son paroxysme.

.

La migration n'est pas un crime. Les migrants ne constituent pas une menace. Les réfugiés ont droit à une protection internationale. L'Europe doit cesser cette guerre meurtrière, dont Frontex est le symbole.

.

www.frontexit.org

Partager cet article

Rémy Kossonogow - dans européen
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 00:04
Avec les réfugiés kurdes : découvrez « le temps perdu », beau docu de Pierre Schoeller

http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/05/les-refugies-kurdes-decouvrez-temps-perdu-beau-docu-pierre-schoeller-255265

http://info.arte.tv/fr/le-temps-perdu-par-pierre-schoeller
.

Rue89, en partenariat avec Arte, vous propose de découvrir le documentaire de Pierre Schoeller « Le temps perdu ».

« Cela faisait à peine quelques semaines que le camp de Kawergosk était installé lorsque Pierre Schoeller s’est retrouvé au milieu de ses allées pleines de boue.

Il n’était pas là pour tourner une fiction mais son premier documentaire sur le quotidien des réfugiés kurdes qui ont fui la Syrie. Il a choisi la voie du réel en confiant ses caméras à quelques réfugiés, qui ont filmé de façon brute leurs jours et leurs nuits. [...]

Rien à voir avec les personnages qu’il dépeint dans son film “Versailles”, rien à voir non plus avec les hommes ivres de pouvoir de “L’exercice de l’Etat” et pourtant... On retrouve dans ce documentaire la tendresse que Pierre Schoeller peut avoir pour ces héros. »

Depuis le mois de septembre, Arte Reportage vous donne rendez-vous tous les samedi à 18h35 pour découvrir les récits de cinéastes, écrivains ou photographes et décrypter l’univers des camps de réfugiés. L’ensemble de leurs travaux seront également déclinés sur le site d’Arte dédié à ce projet.

Partager cet article

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 00:37

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog