Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'asile en Savoie
  • L'asile en Savoie
  • : informations sur la situation des demandeurs d'asile en Savoie
  • Contact

Asile, un droit. l'accueil, un devoir?

asiledroitsc.jpg

3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 00:48
Repost 0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 00:51

Communiqué de presse

http://www.migreurop.org/article2477.html Le 25/02/2014

.

Après les événements qui, en Ukraine, ont entraîné la mort de plusieurs dizaines de manifestant.e.s sous la répression de forces de l’ordre, et la chute du président Ianoukovitch, la situation est loin d'être stabilisée. Dans des villes comme Lviv, non loin de la frontière polonaise, des réserves d'armes dans des postes de police ont été pillées, les unités policières sont paralysées. S'il a été mis un terme au bain de sang, le pays reste déchiré par trois mois de crise, très affaibli sur le plan économique, menacé de partition, et se trouve dans un contexte démocratique très incertain.

…/...

Pour rappel, un accord de réadmission UE/Ukraine permet aux États membres de l’UE de renvoyer des Ukrainien.ne.s se trouvant en situation irrégulière sur leur territoire, ainsi que des ressortissants de pays tiers ayant transité par l’Ukraine. .../...

.

Or, dans un bilan de l'application des accords communautaires de réadmission (23 février 2011), la Commission européenne insistait sur le fait que « les États membres doivent toujours respecter les droits fondamentaux lors de la mise en œuvre des accords de réadmission et doivent par conséquent suspendre leur application lorsque celle-ci est susceptible d’entraîner une violation des droits fondamentaux ».

En écho à cette recommandation, Migreurop et le réseau Transeurope experts rappelaient que « la situation des migrant(e)s et demandeurs/euses d’asile en Ukraine ne cesse d’être alarmante ; plusieurs ONG ont dénoncé depuis fort longtemps les conditions de vie dégradantes auxquelles les migrants sont soumis »[4]. Ce qui était vrai en 2011 l'est encore plus aujourd'hui : d'une part, des ressortissant.e.s ukrainien.ne.s potentiellement éligibles à une protection internationale du fait de la situation politique dans leur pays risquent d'y être renvoyé.e.s de façon expéditive, au mépris de la Convention de Genève sur les réfugiés. D'autre part l'instabilité politique et administrative qui règne actuellement dans le pays ne peut que renforcer les risques de mauvais traitement des étranger.e.s expulsé.e.s depuis l'Europe.

.

Au vu des récents événements, Migreurop demande à la Commission de se mettre en accord avec ses propres préconisations, en suspendant immédiatement l’application de l’accord de réadmission conclu avec l’Ukraine, et d'établir un bilan indépendant de cette coopération. Migreurop demande également que l’agence Frontex stoppe immédiatement toute coopération avec la police ukrainienne ainsi que tous refoulements et expulsions de ressortissant.e.s ukrainien.ne.s, ou d'étranger.e.s, vers l’Ukraine.

.

[4] Migreurop (2011) Évaluation de la Commission européenne sur les accords communautaires de réadmission. Quelques réactions et interrogations [lien Internet]

L'UE doit suspendre tout accord d'expulsion de migrant.e.s avec l'Ukraine.
Repost 0
Rémy Kossonogow - dans européen
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 08:11

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/02/26/assieges-la-photo-qui-resume-la-crise-humanitaire-syrienne/

.

Dans une rue détruite de Damas, des centaines de Palestiniens vivant dans le camp de réfugiés de Yarmouk convergent vers un point de distribution de nourriture. Cette photographie, prise par l'office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (United Nation Relief and Works Agency, UNRWA), illustre l'ampleur de la crise humanitaire syrienne et les sanctions collectives imposées aux populations civiles en Syrie.

.

Le camp de Yarmouk, situé dans la banlieue sud de Damas, est assiégé depuis l'été 2013 par l'armée de Bachar Al-Assad, qui veut en déloger les insurgés.

Diffusé aujourd'hui par l'agence Reuters, le cliché a été pris par un membre de l'UNRWA le 31 janvier.

…/…

« On dirait une apparition de fantômes », a déclaré à l'AFP Filippo Grandi, commissaire général de l'UNRWA, qui s'est rendu dans la capitale syrienne lundi 24 février.

.

Plus de neuf millions de Syriens ont besoin d'aide urgente

La photo qui résume la crise humanitaire syrienne
Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 00:30
NORVÈGE Une caméra cachée pour aider les réfugiés syriens

On aide les enfants qui ont froid, n'est-ce pas ? Une vidéo faite par une ONG transforme une partie des souffrances syriennes en version norvégienne. Enfin les Norvégiens comprennent.

.

Courrier international 20 février 2014

.

Il n’a pas de manteau, il se frotte les épaules. Le petit garçon est assis sur un banc à un arrêt de bus de la capitale norvégienne, Oslo. Vous passez à proximité, que faites-vous faites ? Pour les habitants d’Oslo, la réponse est simple : on lui donne son manteau, son écharpe ou au moins ses gants. Parmi tous les passants seulement trois ne lui ont pas proposé des vêtements pour qu’il n’ait plus froid.

.
http://www.courrierinternational.com/article/2014/02/20/une-camera-cachee-pour-aider-les-refugies-syriens

.
En réalité, explique le quotidien norvégien Aftenposten, le garçon n’avait pas perdu son manteau.

.

C’est le bureau norvégien de l’ONG SOS Village d’Enfants qui l’a placé sur le banc et l’a filmé en caméra cachée. Ensuite, le film a été mis en ligne sur YouTube où il a été visionné par plus de 1,7 million de gens en moins de deux jours (alors que la population norvégienne est d'environ cinq millions de personnes).

L’objectif de cette action ? Attirer l’attention sur une campagne en faveur des enfants syriens ayant fui leur pays à cause de la guerre civile qui dure depuis près de trois ans. Plus de 6 millions et demi de Syriens ont quitté leur pays. Beaucoup d’entre eux n'ont pas de vêtements d’hiver. Grâce au succès du film, SOS Village d’Enfants pourra les aider. Jusqu’ici, les Norvégiens ont donné plus de 200.000 euros pour aider les jeunes réfugiés syriens.

Repost 0
Rémy Kossonogow - dans européen
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:24
Migrants & migration : conférence de François Crépeau

Dans le cadre de la votation suisse sur l’immigration – hélas lamentablement perdue – voici la captation d’une conférence récente de François Crépeau, rapporteur spécial sur les droits des migrants auprès de l’ONU.

Organisée par le CSP centre social protestant de Genève

.

.

L’exposé: http://www.youtube.com/watch?v=owmo4SzaekY

.

Les questions du public et les réponses de François Crépeau : http://www.youtube.com/watch?v=nOI_jpqjTKU

.

Repost 0
Rémy Kossonogow - dans outils
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:09
Crie d’alerte et de détresse   Lancé par les « clandestins subsahariens au Maroc »

Maroc le 19/02/2014

.

A tous les responsables des ONG du monde entier.

.

Nous les migrants subsahariens vivant au Maroc signataires de cette lettre ouverte, Nous prenons la parole en ce jour pour vous faire part de nos conditions de vie inhumaine et des difficultés que nous rencontrons, particulièrement ceux vivant prêt de la frontière entre Casiago (ville marocaine) et Ceuta ( ville espagnole).

Si aujourd’hui nous avons décidé de nous faire entendre c’est parce que nos larmes ont coulé sans cesse ces 6 derniers mois.

.

Au Maroc, Nous vivons au quotidien la violence qui peut aller jusqu'à la mort ainsi que la répression produite par les autorités. Il est important pour nous de de dénoncer ses actes dans le monde entier.

Chaque jour dans la forêt nous avons la visite des forces auxiliaires marocaines qui nous pourchassent avec des cailloux et des matraques sans toutefois oublier des propos racistes et humiliants, et la destruction de nos moyens de survie dans la forêt (tentes, matelas, couvertures …).et ses violences finissent la plupart du temps par des blessés chez les camarades qui ne peuvent pas se faire soigner dans la forêt et encore moins dans les hôpitaux.

.

Le 6 février 2014, Venant du côté marocain nous nous sommes regroupés pour traverser à pieds cette déviation d’eau qui sépare le Maroc de l’Espagne où à notre arrivée nous avons étaient attaqués par les forces auxiliaires marocaines et leur population.

Une fois que nous nous rendîmes dans l’eau (zone neutre) qui sépare Casiago ( ville marocaine) de Ceuta ( ville espagnole) la police espagnole plus connue sous le nom de Guardia Civile ont commencé à tirer sur nous avec toutes sortes d’armes( balle caoutchouc, gaz… ). Et même les bateaux de secours censé nous aider nous frappaient dessus. Sur plus de 200 personnes qui ont franchis la mer au moins 50 de nos frères on était portés disparus et 9 ont perdus la vie sous nos yeux dont un garçon de 18 ans.

Nous nous sommes mis à filmer toute cette scène avec nos téléphones portables qui devait nous servir des preuves, malheureusement ils nous ont été arraché par les autorités Marocaines ce qui fait que les medias n’ont pas des preuves pour avoir la réalité de cette histoire.

.

Après tout ceci chère responsables des ONG de monde entier s’il vous plait dite nous « est ce que être immigré subsaharien signifie :

- Ne pas avoir des droits ?

- Ne pas avoir une place dans ce monde ?

Pour tous nos chères camarades disparus un grand deuil d’au revoir a était fait le vendredi 13 février au Maroc par tous les rescapés de cette tragédie.

Nous venons vers vous pour que justice soit faite sur terre, c’est avec les yeux pleins de l’arme que nous vous prions de nous venir en aide de toute sorte de manière possible qui puissent exister.

Il n’y a pas un monde sans migration.

Une vie meilleure est possible.

.

Signer par :

Keita Thierry: Cameroun

Vken Ndjoumek : Cameroun

Bekoutou Fanjou: Cameroun

Goninggay prince: Centre Afrique

Ngan sop sebastien: Cameroun

Repost 0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 00:04
Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 08:18

CFDA - Coordination française pour le droit d’asile

.

Reporté à plusieurs reprises, le projet de réforme législative de l’asile devrait être présenté par le gouvernement au mois d’avril et examiné au parlement à la rentrée. Pour le ministre de l’intérieur, selon lequel « notre politique de l’asile a atteint ses limites », la réforme est censée apporter des « garanties nouvelles aux demandeurs d’asile en renforçant l’efficacité des procédures, l’accès au système d’accueil et d’hébergement sur le territoire, et l’insertion des bénéficiaires d’une protection internationale ».

.

Il y a pourtant de quoi s’inquiéter. Après plusieurs semaines de concertation organisée à l’automne 2013, à l’initiative du ministre, entre l’État, des élus et des associations, un rapport parlementaire donne les principales orientations de la réforme à venir. Si les organisations membres de la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) s’accordent sur la nécessité de repenser la procédure d’asile, elles ne partagent ni les préconisations présentées dans le rapport, ni les postulats et les analyses qui les sous-tendent.

.

Pour que priorité soit donnée à la protection des personnes en danger dans leur pays plutôt qu’à la multiplication des préjugés et des obstacles, la CFDA, dans ses Recommandations pour une réforme d’envergure, appelle à une politique de rupture, fondée sur :

.

  • un renversement de logique, en passant d’une vision de police des étrangers assise sur le contrôle et la dissuasion à une logique de protection des personnes sollicitant l’asile, dans le respect du droit international, à l’exclusion de toute considération relative à la gestion de l’immigration ;
  • une simplification réelle de la procédure d’asile dans l’intérêt exclusif des demandeurs d’asile ;
  • un renforcement des garanties tout au long de la procédure de façon à la rendre satisfaisante et équitable.

21 février 2014

Repost 0
Rémy Kossonogow - dans national
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 00:14
Une photo de migrants au clair de lune primée au World Press 2014

Publié par http://www.france24.com/fr/20140214-clair-lune-migrants-prime-world-press-photo-2014/

.

Le World Press Photo qui décerne tous les ans les meilleurs clichés de photojournalisme a été attribué à l'Américain John Stanmeyer.

.

Un clair de lune, des migrants africains tentant de capter une dernière fois du réseau, téléphones tendus vers le ciel, l’espoir d’"une vie meilleure". Avec son émouvante photographie, l'Américain John Stanmeyer a remporté vendredi 14 février le premier prix du World Press Photo, le plus prestigieux concours de photojournalisme.

Le cliché a été pris en février 2013 sur une plage de Djibouti, lieu de transit des migrants en provenance de la Somalie, de l'Éthiopie ou de l'Érythrée.

…/…

Photographie de John Stanmeyer récompensée par le World Press Photo

© AFP / John Stanmeyer - VII Photo Agency

…/…

Repost 0
Rémy Kossonogow
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 00:11
Rétention : des enfants toujours enfermés en 2014

Publié par la Cimade http://www.lacimade.org/nouvelles/4795-R-tention---des-enfants-toujours-enferm-s-en-2014

.

Depuis la semaine dernière au moins deux familles avec de jeunes enfants ont été enfermées dans des centres de rétention. Une privation de liberté pour des enfants mineurs à laquelle le candidat François Hollande avait promis de mettre fin. Mais l’humeur du moment est plus centrée sur les résultats chiffrés d’une politique saluée par le ministre de l’Intérieur ce matin que sur l’humanité des promesses à demi-tenues de la campagne présidentielle.

.

.../...

Ces deux situations apportent encore une fois la preuve de l’insuffisance de la circulaire du 6 juillet 2012 censée limiter et encadrer l’enfermement des enfants en rétention. La politique répressive et contraire à l’intérêt des très jeunes enfants est toujours d’actualité en 2014. Les enfants n’ont pas leur place dans un lieu d’enfermement particulièrement anxiogène et traumatisant.

.

Les circulaires ne sont pas suffisantes pour garantir la fin de l’enfermement et de l’expulsion des enfants. Le gouvernement doit changer la loi pour mettre un terme à cette pratique, y compris à Mayotte où près de 4000 enfants subissent ce traumatisme illégalement chaque année.

Repost 0
Rémy Kossonogow - dans national
commenter cet article